top of page
3 Comteatro_Canto e Corpo_104.JPG

Photo by Daniela Parisi

Les Arts Vivants

Nous avons tous un besoin organique de rencontrer. Dans ses relations humaines, sa relation à un objet d'étude ou sa relation à l'environnement. Rencontrer c'est créer un contact et cultiver ses qualités émergeantes. Le connu rencontre l'inconnu et renouvelle les moments de vie. Le processus de ce renouveau est comme un mystère poétique intimement lié à une nécessité vitale, pour sentir que la vie vaut la peine d'être vécue et s'étonner de continuer à apprendre.

 

L'existence est un fait qui vit dans le paradoxe entre devoir être toujours avec soi-même et devoir être toujours dans le monde. Dans cet espace entre soi et le monde, il y a comme un terrain de jeu. Un potentiel créatif à l'origine de l'expression. L'expression est articulée par l'illusion du jeu, des formes et des histoires qui nous rapprochent du réel car elles nous renvoient à notre existence et ouvrent nos perceptions à la diversité des possibles. 

 

Cet espace créatif n'est ni dans le monde et hors de soi, ni dans soi et hors du monde. C'est plutôt que les matières de la mémoire rentrent en contact avec les matières de son environnement et vice-et-versa. Dans l'acte créatif, on est face à la construction d'une partition d'actions et le développement de ses détails.

L'action arrive dans le terrain entre ces opposés

∙ Choix fait sur le moment parmi d'infinis possibles.

∙ Qui disparait, son acte est fait, et laisse une trace, comme un rappel. 

∙ Expérience du présent soutenue par la mémoire.

∙ Un faire personnel au service du monde impersonnel 

∙ Pleinement faite et traversée par soi sans n'être que de soi.

∙ Répétée et toujours faite qu'une fois.

∙ Construite dans sa forme et improvisée dans son faire du moment.

∙ Qui nous permet de découvrir et d'être découvert.

∙ Actif dans l'action et passif dans la réaction.

Être et faire sont co-émergeants. Quand j'agis, je me définis dans un faire, donc je suis l'action. Étant dans l'action, je la vis, donc je la reçois. Je passe de l'identité au lâcher prise, ce  qui n'est pas l'abandon, et je suis pleinement ce qui est, dans une perception directe de l'expérience

L'action danse sur le fil entre le connu - du personnel et du monde, et l'inconnu - du personnel et du monde. Cette danse apparait dans sa qualité de légèreté et de gravité, de transparence et d'effort, elle touche à l'authentique puis disparait. L'être fait de mémoire et d'aspiration, approfondit par l'expérience son rapport au monde.

bottom of page